Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 20:00

Brève de Fnac :


J’attends mon tour à la caisse. Derrière moi, deux hommes à la quarantaine bien tassée. Ils discutent dans la file d’attente, avec dans les bras, une pile de bouquins : Freud, Hermès (le dieu, pas la maison de Luxe !) dans la Mythologie grecque et le Sarkozy de FOG. Ils parlent de leurs souvenirs de vinyles, de cassettes, de Toy Story 3. Ils se remémorent leurs souvenirs de jouets de garçon, ah Big Jim et ses bras en latex... Je souris "Tiens, tiens, ça me rappelle un article..."

Pendant ce temps, l’écran de patience déroule le film de Disney « Raiponce ». Ils lèvent les yeux vers l'écran :

-         « Tiens, ça c'est un vrai film de petites filles » dit l’un d’eux 

Impossible de laisser passer ça, (ils ont un livre de Freud dans les mains tout de même!), je dois l'ouvrir, je souris et je dis :

-         En fait, ce n'est pas juste un "dessin animé de filles" ! Euh, il y a une deuxième lecture... C’est très Freudien en fait : la fille qui croyait tout ce que sa mère lui disait, qui se croyait protégée par l’amour d’une mère, qui se révèle être la mauvaise mère. Ce film montre aux petites filles, et aux enfants, l’histoire de l’émancipation du féminin. Je vous le conseille...

 

Ils ont du rester bouche bée. Je dois avouer que je n'en menais pas large... mais qu'est-ce qui m'a pris de disserter sur un Disney que ma fille regarde en boucle, moi, la maman qui sature grave de chez grave de tout ce qui s'anime à l'écran avec des grands yeux pétillants, du rose bonbon, du bleu azur, du vert plus vrai que nature !

Pourquoi me suis-je mise à défendre l'industrie du cartoon !?

 

218824-raiponce-recit-princesse-cheveux-magiques.jpg

Donc il a bien fallu que j'analyse. Et bien après analyse (et vous allez voir que j'ai analysé), j'ai vu un récit initiatique bardé d'allusions freudiennes à l'éveil sexuel, bourré de symboles, représentant le chemin de vie de la petite fille innocente vers son statut de femme mûre.

 

La petite fille devient femme à travers la découverte de soi, du mal, des perversions. Elle doit passer par des épreuves en remettant en cause les vérités inculquées et en se mettant en danger. Il faut du courage pour prendre cette liberté. Et ce message passe chez les petites filles qui regardent un Disney, film qui leur donnent l’espoir d’y arriver par elles-mêmes. Voilà, je crois que c’est donc surtout un récit sur les femmes. Certes, il plait aux petites filles parce que la photo est rose bonbon et que l’héroïne a les cheveux longs et blonds. Mais le jour où elle décide de se les couper courts, ses cheveux deviennent bruns. Toute l’histoire de la perte de l’innocence et de la crédulité à travers le symbole de la chevelure. Sa coupe courte représente alors la maturité et l’affirmation de soi, et elle lui va plutôt pas mal !

 

3021816362_1_9_OnPNBGAQ.png

 

La scène la plus représentative est l'hésitation de Raiponce entre désir d'aventure et culpabilité envers sa mère "qui ne s'en remettra pas", entre gaieté hystérique face à la nouveauté et inquiétudes d'imaginer les mots de sa mère qui résonnent en elle. Et c'est le garçon en train de devenir homme, lui aussi, qui va l'aider à devenir adulte.

 

Un beau conte qui aurait fait l'objet d'une intéressante analyse dans Psychanalyse des Contes de fées de Bruno Bettelheim paru en 1976 :

« Tout conte de fées est un miroir magique qui reflète certains aspects de notre univers intérieur et des démarches qu'exige notre passage de l'immaturité à la maturité. Pour ceux qui se plongent dans ce que le conte de fées a à communiquer, il devient un lac paisible qui semble d'abord refléter notre image ; mais derrière cette image, nous découvrons bientôt le tumulte intérieur de notre esprit, sa profondeur et la manière de nous mettre en paix avec lui et le monde extérieur, ce qui nous récompense de nos efforts. »

 

6082168_5022444.jpg

 

Raiponce - dialogues sur le sens de l'hésitation:

"Je n'arrive pas à croire que j'ai réussi à faire une chose pareille ! / Mère va être furieuse. / Ce n'est pas si grave, elle ne le sait pas, elle s'en remettra non? / Quelle horreur, elle ne s'en remettra pas. / Quelle joie, quel bonheur ! / Je suis une fille monstrueuse, il faut que je rentre. / Pas question de rentrer à la maison ! / Je suis un être abominable. / Youhou c'est le plus beau jour de ma vie !"

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by 100sens - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

céline 16/03/2013 16:41


J'ai 35 ans et suis capable de regarder Raiponce en boucle. Je suis actuellement en thérapie et je m'interroge sur la signification et le retentissement que ce dessin animé peut avoir. Et ton
analyse me parle vraiment. Merci de m'avoir ainsi éclairé :)

Yoda 28/09/2011 23:34



oui, oui, j'ai adoré ce dessin animé même si je ne suis pas une petite fille. J'étais dans un avion et cela m'a gardé éveillé malgré le jet lag.
Ton analyse est très bonne et parfaitement placée.



100sens 29/09/2011 09:40



Merci Maître !



  • : Le blog de 100sens
  • : mes 100 impressions en tous SENS avec bon sens, au sens propre comme au figuré : sens de l’art, sens de la réplique, sens de l’absurde, sens de l’étonnant, sens de l’humour, sens de l’anecdote.
  • Contact

16175.jpg

compartiment-c-voiture-193-edward-hopper-1938-collection-i-

 

786qk2.jpg

 

Boticelli1.jpg

 

10bacch1.jpg

 

  Gustav Klimt Portrait of Emilie Floge 1902